BELIZE

Posted on

Arrivée au Bélize

Avant d’entrer au Belize, nous ne savons pas trop à quoi s’attendre dans ce petit pays… A l’heure où j’écris, ce pays nous interpelle encore…

Le Belize est un petit pays, le seul anglophone dans cette région d’Amérique exclusivement hispanophone. C’est le paradis fiscal des jeux de casinos en ligne, mais avec une population locale plutôt pauvre dans l’ensemble, caribéenne descendante des esclaves noirs « les garifunas ». C’est un pays avec une nature plutôt bien préservée, probablement grâce à l’écotourisme, mais assez cher du coup : jungle, sites mayas, plages, îles, et surtout la seconde plus grande barrière de corail au monde.

C’est avec Damien et Irina et leurs enfants que nous prenons nos marques dans le pays. Après avoir passé notre première nuit en camping sauvage, nous décidons ensuite de nous poser dans un lodge au bord de la rivière. Mais pas vraiment envie d’y plonger les pieds, quelques crocodiles se baladent dans le coin !

Belize Zoo

Pas très loin de la capitale, Bélize City, nous décidons d’aller faire un tour du côté du Zoo de Bélize. Celui-ci est particulier, car il fonctionne plutôt comme un refuge d’animaux blessés du Bélize, recueillis pour être soignés puis relâchés ensuite.

Sous ses airs de peluche inoffensive, ce Jaguar se léchait les babines et courait sur la grille en voyant Eliott !

Ca nous donne par ailleurs l’occasion de rencontrer le Jaguar de près, ainsi que l’animal emblème du Bélize, le Tapir.

Départ pour Caye Caulker

Après être arrivé à Bélize City, la capitale, et avoir trouvé un spot pour laisser les camping-car seuls pendant quelques jours, nous décidons de mettre le cap sur Caye Caulker, l’une des îles paradisiaque du Belize

Le lendemain, David, Léa, Eliott, Damien, Irina et leurs enfants, découvrent en snorkeling sur la barrière de corail, des fonds marins d’une beauté insoupçonnée ! Moi je reste sur la terre ferme avec Tao, car 4 heures dans un petit bateau, au large, avec un petit garçon qui a envie de bouger… très peu pour moi… Je vous laisse avec Léa, qui vous raconte les milles et une nuits en version sous-marine…

« Accompagnés de nos amis franco-roumains (qui nous ont accompagné sur l’île), nous montons à bord d’un petit bateau avec deux guides, après avoir récupéré notre équipement de snorkeling. Le guide nous propose d’aller à quatre endroits différents pour voir un peu de tout. Filant comme le vent à une vitesse incroyable, nous sommes rapidement arrivés à la barrière de corail. Nous avons la chance d’avoir un beau temps, malgré les quelques nuages. Après quelques explications, nous mettons nos masques et nos palmes et nous nous jetons à l’eau. 

Sur ce premier spot, nous découvrons un paysage sous-marin merveilleux : des îlots de magnifiques coraux colorés et une diversité de poissons de toutes tailles et de couleurs ! C’est incroyable !! Nous admirons tous les beaux poissons, en bancs ou solitaires, de ce monde inconnu : poissons-perroquets, poissons-anges, poissons-trompettes, et plus encore sont au rendez-vous !  Et les coraux à la forme étrange, de couleur violette, rouge, jaune ou bleu qui attirent toute notre curiosité…Nous apercevons même deux belles raies ondulantes dans les profondeurs(raie pastenague et raie aigle).

 

Au deuxième spot, les guides lancent des morceaux de poissons dans l’eau, et voilà qu’arrivent de gros poissons : des requins !!! Ils viennent de tous les côtés, accompagnés de quelques poissons et de mouettes qui viennent aussi se joindre au festin. Heureusement, ces requins ne sont pas dangereux ! On les appelle « nurse shark » (ou requin-nourrice). Il n’y a pas de danger et c’est pourquoi nous les rejoignons dans l’eau. Nous sommes si proches qu’on pourrait les toucher ! Ils possèdent comme une petite moustache qui leur donne un air comique. Mais leurs yeux sont assez effrayants lorsqu’ils passent tout prêt de nous… C’est un vrai combat ! Les requins se bousculent dans tous les sens entre eux, tandis que d’autres poissons assez gros tournent autour, essayant eux aussi de profiter du repas.

Dans la bousculade, il y a même un requin qui me donne un coup dans la jambe avec sa queue !

Pour le troisième spot, on nous emmène au « garden coral », où il n’y presque aucun poisson mais une grande diversité de coraux. J’ai moins aimé cette partie-là, car les coraux sont pour la plupart marrons et gris et paraissent morts. Mais c’était bien quand même !

En allant vers le quatrième et dernier spot, le guide nous dit avoir cru apercevoir une tortue à la surface. Alors nous sillonnons en bateau et lorsque nous sommes à l’eau, nous voyons en effet une tortue verte tout au fond, en train de manger. Elle se trouve bien à plus de six mètres de la surface, alors on ne la voit pas très bien. Mais soudain, elle se met à nager et remonte vers nous ! Elle est rapide et à la fois lente, belle et gracieuse. Elle sort sa tête hors de l’eau pour prendre quelques respirations et replonge dans le fond. C’était magique !

Puis après cette belle découverte, nous allons découvrir une épave de bateau enfouie au fond de l’eau. Elle est recouverte de coraux et d’algues et on distingue mal la forme exacte de l’ancien bateau. En retenant sa respiration, on peut aller plus en profondeur et voir l’intérieur par des trous du pont. C’était cool ! (En réalité, ce n’était pas un véritable bateau qui avait coulé, mais je crois que c’était un bateau qui ne servait plus à rien et qu’on a volontairement mis au fond de la mer, pour l’attraction.)

Puis c’est le moment de rentrer. Le guide met le moteur en marche, quand un autre bateau passe près de nous et que son pilote nous crie avoir vu un dauphin !! Nous scrutons les alentours et nous voyons soudain surgir une nageoire dorsale des flots ! Nous n’allons pas dans l’eau car le dauphin est trop rapide, mais nous pouvons admirer deux-trois fois, son dos avant de disparaitre. Nous sommes vraiment chanceux !

Nous revenons vers la terre, un peu fatigués par cette grosse journée, mais surtout avec des étoiles pleins les yeux des merveilles que nous avons pu voir aujourd’hui… »

Nous vous laissons découvrir en vidéo…

Sur les traces des Jaguars

Nous partons dans la réserve naturelle de Coksomb, pour tenter d’apercevoir des jaguars… 

Eh bien, soit nous sommes sommes trop bruyants, soit les jaguars sont des animaux très craintifs, mais figurez-vous que nous n’apercevons…. aucun jaguar !! Tout de même, nous repérons, grâce aux yeux affutés de William, des dizaines de traces de pattes de jaguars !! Ils sont donc bien passés par ici…

Le jaguar est passé par là

Nous en profitons quand même pour nous faire quelques excursions bien sympathique en pleine nature, dont ce havre de paix avec cascade et piscine privative. 

Nous tentons même une sortie la nuit en pleine jungle avec Damien, Léa et David, pour augmenter nos chances de voir un Jaguar. Pas de beau félin sur le chemin, mais nous profitons quand même d’une expérience frissonante et inoubliable !

San Ignacio

Dernier stop, avant de passer la frontière du côté du Guatemala, nous nous posons quelques jours au camping de San Ignacio, l’occasion de revoir aussi Tim et Ricke et leur jeune garcon de 3 an Liam, une famille allemande bien sympathique que nous avions déjà croisé à Bélize City.

Les maisons sur Pilotis, une spécialité du Bélize

2 Replies to “BELIZE”

  1. Soyez rassurés : l’effet waouh est toujours intact ! Même si on sait que vous êtes rentrés, même si on s’est vus samedi dernier, vous êtes en encore un peu là-bas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *