Grand Canyon, Las Vegas et Death Valley

Posted on

Grand Canyon NP

Nous arrivons dans le parc national du Grand Canyon en fin de journée et au coucher du soleil, au grand ravissement de David, qui peut mitrailler les couleurs chaudes et la perspective impressionnante des paysages.

Nous avons fait une petite randonnée sur un trail qui descend dans le fond du Canyon. On ne descendra pas tout en bas bien sûr, là où coule le Colorado, car il faut 2 à 3 jours ! Il faut savoir que le Grand Canyon est profond de 1800mètres, et large de 30 km !! Il est visible de l’espace de la station spatiale internationale !  Rien que pour notre petite promenade, de 45 minutes de descente, nous avons eu un dénivelé de 300 ou 400mètres ! L’inconvénient est qu’on débute la ballade par une descente, facile, mais ensuite il faut remonter… plus dur !

Le silence lorsque nous descendons, est apaisant, comme en haute montagne. Seul le vent et parfois un oiseau vient troubler cette atmosphère paisible. Mais ce silence ne dure jamais longtemps, car Tao rode dans les parages… !!!

Le lendemain, c’est une promenade en haut et en bordure du Canyon qui nous fera nous rendre compte de la profondeur impressionnante et de la perspective à donner le vertige. Je réalise qu’au fur et à mesure de notre descente, nous rencontrons des roches plus anciennes d’un million d’années par mètre parcouru, et qu’au fond du Canyon, les roches découvertes ont 1,8 milliards d’années ! C’est fascinant !!

Les enfants ont même trouvé dans les roches bordant le chemin de randonnée, des fossiles : quels archéologues en herbe !

Sur le chemin du retour vers le camping car, nous avons l’occasion de croiser des élans, à mi-chemin entre les cerfs et les gigantesques orignaux. Le mâle dressant ses bois, nous restons quand même à une bonne distance des animaux !

Las Vegas

Après le silence et l’immensité des grands espaces, nous voilà arrivés dans une des villes les plus folles des USA : Las Vegas !

Pas très emballée au départ à l’idée de visiter cette ville, pour moi synonyme de supercherie et de brassage d’argent pas toujours sain, j’ai finalement été plutôt amusée par l’ambiance et le spectacle fou de cette ville.

Il faut dire que chaque hôtel rivalise d’imagination au niveau de son architecture, extérieure et intérieure : l’un a une pyramide avec un intérieur sur le thème de l’Egypte ancienne, l’autre est bâti comme un château fort, l’autre a construit une tour Eiffel, un autre encore a recréé des rues, des places et des canaux de Venise avec un ciel éclairé, comme dans « The Trumann Show » pour que s’y sente comme si c’était la journée…. 

A l’intérieur, chaque hôtel a des immenses halls avec des machines à sous et autres jeux de casinos, et ces halls sont bordés de restaurants, boutiques et salles de spectacle comme le Cirque du Soleil. Bref, tout est fait pour que chacun puisse s’y sentir à l’aise, jeunes, plus âgés, familles, couples, groupes de potes…. et consommer ! On se laisse, sans s’en rendre compte, prendre au jeu d’acheter par ci par là, petit snack ou boissons…

Et puis il y a tellement de halls, couloirs, cour, pièces, que nous nous y perdons et y perdons la notion du temps ! Et puis les lumières partout, les écrans, qui vous font tourner la tête et vous captent l’attention à droite et à gauche !!!

Le clou du spectacle est… que l’on fête Halloween à Las Vegas !! Les enfants sont ravis, ils endossent leur déguisement choisi pour le jour J, les parents aussi : Léa en sorcière, Eliott en Groot (dans les Avengers), Tao en Woody (dans Toy Story), Claire en sorcière, et David en squelette. A la nuit tombée, nous sortons de notre Mooky, pour aller rejoindre le monde des ténèbres sorti dans la rue…

Je craignais des déguisements un peu « trash » et qui font très peur, mais finalement, ces derniers sont anecdotiques ! Les gens sont comme des enfants, à être déguisés, il règne une ambiance conviviale ! Eliott devient une star, tout le monde l’accoste en disant « Hey, Groot !!! », les commerçants remplissent son bucket-citrouille de bonbons ! La soirée est vraiment drôle et bon-enfant !

Nous renttrons quand même au camping-car à une heure raisonnable, pour éviter les débordements éventuels –souvent alcoolisés- de 2ème partie de soirée… !

Death Valley

Nous arrivons de nuit dans la Death Valley National Park. Nous nous posons dans un camping près du Visitor Center, il fait bon, ni trop chaud, ni frais. Nous en profitons pour sortir la table de camping et diner dehors, ce qui ne nous était pas arrivé depuis un mois 1/2 voire 2 mois, à cause du froid ! Cela fait du bien. Nous observons le ciel étoilé.

Je suis un peu soulagée, car je m’attendais à ce qu’il n’y ait pas du tout d’infrastructure dans cette Death Valley. Mais il y a un Visitor center, plusieurs campings, une petite épicerie de dépannage, une station service (certes avec un prix au gallon le plus cher qu’on ait vu aux USA !), de l’eau et des dump stations ! Bon, quand vous lisez ensuite le livre sur la Death Valley, avec les histoires glauques de personnes voire de familles qui sont décédées ici, on se rend compte que c’est quand même un vrai parc hostile…

Partout, il est écrit, « attention, prenez avec vous 4 litres d’eau par personne en randonnée ». Mais nous sommes en novembre, c’est la saison idéale, il ne fait pas les températures de 50° (si, si en juillet et aout !), et il ne fait pas trop froid la nuit.

Nous faisons une une mini randonnée de 1h30 dans Canyon Desolation, qui porte bien son nom, car en effet, il n’y a pas grand-chose hormis des pierres et des montagnes sèches… Et le soleil tape fort, il doit faire 30° quand même…

Nous allons aussi sur Bad Water Basin : c’est une vaste étendue dans la vallée, se trouvant en dessous du niveau de la mer, sur le sol de laquelle se cristallise du sel , sur des dizaines de kilomètres. La chaleur qui se dégage du sol est presque étouffante à cette heure de la journée, et la luminosité est telle, avec la réverbération sur le blanc du sel, que l’on ne peut quitter ni lunettes ni chapeau !

Le soir, au coucher du soleil, nous nous promenons aux abords du camping, et nous sommes invités par des américains, pour venir écouter un concert gratuit en plein air de… Country ! C’était plaisant, mais un peu… planplan ! C’était de la « papy country » comme l’ont baptisée les enfants !

La Death Valley me surprend aussi par ses couleurs, et sa géologie. Dans « the Rainbow Canyon », ainsi que sur d’autres points d’observation, l’érosion a modelé les flancs de montagnes de façon très artistique, et les roches prennent des teintes bigarrées : jaune, vert, rouge, rose etc… Ces paysages, d’apparence désertiques et arides, sont vraiment poétiques.

Nous foulons une zone de dunes de sable également. C’est là que l’été, la température au ras du sol peut atteindre 93° Celsius !!! Il y a quand même de la vie : des arbustes, des reptiles, des petits mammifères. Car dès que vous plongez la main dans le sable, à 20-30 cm, le sable est frais et humide… stupéfiant !

 

C’est avec une certaine nostalgie  que nous quittons progressivement la Death Valley, par une route de montagne sinueuse, et panoramique, la végétation revenant progressivement au fur et à mesure que nous passons à l’ouest de la chaine de montagne…

4 Replies to “Grand Canyon, Las Vegas et Death Valley”

  1. Salut les cousins ! Encore une fois, c’est un grand plaisir pour moi de retrouver ces paysages magiques du Grand Canyon, qui me donnent encore des frissons aujourd’hui… Probablement l’un des endroits les plus « grand » que j’aie visité jusqu’alors. Pour notre part, nous n’avions pas tenté Death Valley, il faisait déjà 40-45 °C au Grand Canyon, on n’allait pas risquer notre peau ! 🙂

  2. On a kiffé Groot avec Chewbaka et IronMan !!!!!
    Et c’est quoi cette photo avec le panneau d’extraterrestres ? Vous avez rendu visite à Roswell ?
    ET of course, on rêve tjs autant devant les paysages incroyables …. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *