Villes coloniales du mexique

TEQUILA

Au départ, l’idée de passer à Téquila était une curiosité qui nous semblait pouvoir nous prendre 1-2h. Et nous sommes finalement tombé dans notre premier « pueblo magico », une petite ville pleine de charme et aux petites maisons colorées !

Après avoir un peu galéré pour conduire Mooky à travers les ruelles du centre-ville, nous décidons de nous stationner à quelques rues du centre pour la nuit. Le camping est en fait en pleine rue, devant des mexicains très sympathiques et et qui se fait un plaisir d’accueillir les touristes devant et chez eux.

Sur le lieu du camping (en pleine rue) nous tombons sur 3 camping-car, le premier d’une famille de québecois, Marc et Sarah et leurs 3 enfants, un autre du père de Sarah, éternel baroudeur et courageux voyageur qui a fait la descente du Canada à Téquila en 7 jours (ce qui nous a pris presque 4 mois !!) , et le 3e appartenant à Steve, américain surprenant de l’Arizona. Cette rencontre sera l’occasion de 2 belles soirées à échanger sur nos parcours respectifs, et les raisons d’avoir eu envie de quitter nos vies bien rangées pour partir à l’aventure ! Ce sera aussi l’occasion de tester différents « échantillons » des meilleurs Tequilas du pays !!

Nous en profiterons aussi pour visiter le centre-ville, c’est vendredi soir, alors il y a de la musique partout, les boutiques sont ouvertes, et des touristes mexicains partout ! Et la place est vraiment sympa. Nous passerons le lendemain à la panaderia à 2 cuadras, pour déguster du bon pain chaud et des patisseries locales ! Miam…

 

 

Nous décidons de mettre au programme la visite d’une distillerie, celle de Sauza pour les connaisseurs. Malheureusement celle-ci est actuellement fermée au public, donc nous nous rabatterons sur la visite du Musée de la Téquila.

Après 2 jours de visite (au lieu des 2h initialement prévu), plusieurs dégustations de téquila et de discussions interminables jusqu’au bout de la nuit (les dégustations aidant) nous décidons de nous mettre en route vers notre prochaine destination : Guadalajara !

GUADALAJARA

Changement de décor pour la 2e plus grande ville du pays. Nous nous retrouvons rapidement après ce qui avait été convenu par what’s app, avec 3 autres familles de français, évenement organisé par Damien et Irina que nous avions croisé en Baja California, pour aller voir un spectacle de « Lucha Libre ! »

Sur la route menant au « camping local » (en fait en face d’un terrain de sports), nous aurons une bien mauvaise surprise. Un policier municipal en mobylette nous interpelle et nous fait signe de nous arrêter. Nous acquiessons, et je (David) m’approche du policier avec des lunettes de soleil à la Chips et qui m’explique que la route que nous empruntons est interdite aux gros véhicules, et que ca va nous coûter très cher (1000 €) et que le véhicule va être immobilisé le temps que nous payons l’amende. Puis rapidement explique qu’il existe une solution moins coûteuse si nous lui payons directement l’amende en cash !! Il demande 5000 pesos soit 250 euros.

Je rentre dans le véhicule et discute rapidement avec Claire : soit nous payons, soit nous contactons l’ambassade, mais ce qui peut bloquer complètement ensuite la situation. Nous décidons finalement d’opter pour la solution de facilité  que nous négocions à 2000 pesos. Nous sommes sortis d’affaires, mais pas très fiers, et assez en colère de nous être fait escroquer par un policier corrompu !

Nous arrivons finalement au lieu du camping et c’est l’occasion de revoir Damien et Irina et leurs 3 enfants, et de faire la rencontre de 2 nouvelles familles : Pascal, Vanessa et leur fille Maelis, en route pour 18 mois de voyage à travers les Amériques, et François et Carole et leurs 3 enfants, sur les routes de l’Amérique du Sud depuis maintenant 4 ans. Ces rencontres sont riches pour nous, et en particulier pour Léa. En effet, il est rare de croiser des adolescents durant ce tour du monde, et les enfants de François et Carole ont justement 13 et 11 ans.  

Le spectacle de la lucha libre, est, bien que tout à fait théatral, et digne des combats de catch de la WWF, un moment sympa et amusant, les enfants ayant le plaisir d’aller serrer la main des lutteurs après chaque combat !

Le reste de la visite de Guadalajara sera l’occasion de se rendre dans quelques boutiques d’artisanat, comme cette magnifique femme « mortifère », de se rendre dans le marché local, et tester un taco à la viande de chèvre, et enfin de visiter le centre historique et son Cultural Institute Cabanas, un musée très sympa, riches de plusieurs artistes, et notamment de fresques murales impressionantes de l’artiste Orozco

GUANAJUATO

2e ville de notre liste de « pueblo magico », et fortement conseillé par mon amie Claudia lors de notre séjour à Ottawa, nous voici à la découverte de cette charmante ville estudiantine et richement colorée de Guanajuato !

Nous arrivons à Guanajuato vers 18h, au coucher du soleil. La ville semble très belle, avec ses maisons colorées sur les flancs des collines. En revanche, elle n’est pas du tout pratique avec un camping-car ! Bastien et Celia qui nous précèdent se sont même retrouvés à devoir sillonner un dédale de tunnels souterrains labyrinthiques avec leurs camping-car ! Heureusement, nous arrivons à éviter cette étape cauchemardesque. On arrive tant bien que mal à nous stationner dans ce joli camping à flanc de collines, avec un point de vue incroyable sur la ville.

Le lendemain, nous partons à la découverte de la ville, et nous posons pour déjeuner sur une terrasse au soleil. Claire s’essaye à déguster le plat local : des miniguacayanes (pain avec avocats et chips de peau de cochon) et les enfants du pozole a pollo (poulet avec des pommes de terre, carottes, sauce piquante et sauce blanche). C’est là que nous sommes abordés par 2 mexicains richement costumés, qui nous proposent de participer à un spectacle de Callejoneadas, des ballades dans les ruelles de Guanajuato la nuit tombée, accompagné par un mélange de chants de rues et d’anecdotes sur la ville, expérience vraiment sympa !

SAN MIGUEL DE ALLENDE

Malgré la beauté apparente de la ville, c’est une sacrée épreuve pour les camping-cars. Les rues sont particulièrement étroites. Que cela ne tienne, nous trouvons un point de chute un peu en périphérie de la ville, et hop dans un Taxi, direction le centre-ville et la possibilité de faire quelques achats avant Noël qui approche à grands pas !

 

OAXACA

L’une des villes du Mexique qui vous marque l’esprit. Même si cela fait un sacré détour par rapport à la suite de notre voyage, nous décidons d’aller à la rencontre de cette fameuse Oaxaca !

On finit par trouver un parking payable à l’heure et un peu étriqué, mais qui offre l’avantage d’être en plein centre-ville. A peine arrivé devant l’entrée que le propriétaire nous invite chaleureusement à rentrer, malgré les dizaines de manœuvres nécessaires pour passer le porche, et après avoir bloqué la circulation pendant 15 minutes !

A l’intérieur, c’est encore plus fou ! une dizaine de voiture est garé les unes derrières les autres. Ni une, ni deux, les employés se succèdent pour déplacer la dizaine de véhicule, et nous faire une place de roi !

Pour nous remercier de notre confiance, le propriétaire nous offre 2 beaux verres remplis d’eau, et qui en fait s’avère être du Mezcal, sorte de Téquila, dont Oaxaca est la capitale mondiale. C’est donc l’esprit un peu chauffé, que nous partons à l’assaut de Oaxaca !

Nous nous rendons sur le Zocalo local (la place principale des villes mexicaine), où l’atmosphère est bien festive, avec de multiples marchand de toutes sortes dans les rues, des enfant qui jouent à lancer des ballons mikado dans le ciel, et des passants qui dansent au rythme de la musique des Mariachis

Le lendemain, nous partons visiter le marché Benito Juarez. On peut y voir de tout, les légumes qui succèdent aux magasins de ceintures, puis l’allée des boucheries, qui marquera durablement Claire et Léa, et les dégoutera un peu de la viande. C’est l’occasion d’acheter du Mole (prononcer « MO-Lé), célèbre sauce mexicaine à base de cacao (et de quelques dizaines d’autres épices), dont Oaxaca est considérée comme la référence en ce qui concerne le Mole.

On peut même trouver quelques insectes frits à déguster pour l’apéritif (mais que Claire jettera en toute discrétion à la poubelle !). On tentera l’expérience le soir, d’aller manger comme les locaux, dans les petits établissements de rues en face du marché. On se cale le ventre avec l’équivalent de 5 euros pour toute la famille !

Puis on se balade dans les rues animées du centre historique.

Le surlendemain, on en profite pour visiter le musée local, et ensuite, Zou, décollage de Oaxaca, et direction Villahermosa pour aller fêter le 31 quelque part entre les 2 !

One Reply to “Villes coloniales du mexique”

  1. Les chocs culturels (et dégustatifs) sont plus violents au Mexique qu’aux États-Unis et au Canada, apparemment 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *